bijoux-nara.com
Infos Mode

Balmain : Bienvenue au premier rang virtuel


Jennifer Lopez, Penelope Cruz et toute une bande de rédactrices de Vogue et Elle ont répondu présentes mercredi soir à Paris – même si c’était virtuellement – pour le nouveau défilé Balmain.

Balmain – Printemps-été 2021 – Prêt-à-porter féminin – Paris – © PixelFormula

 
Chacune apparaissait sur son propre écran plat, qui la montrait en train de regarder le défilé confortablement installée chez elle ou au bureau – de Pékin à Milan, en passant par Londres et New York. Ce qui a permis à ces dames (ainsi qu’à un certain nombre de leurs chiens) d’être au premier rang pour découvrir la collection Printemps/Eté 2021 d’Olivier Rousteing pour Balmain, qui faisait la part belle au logo de la marque.

C’était bon de se retrouver pour le nouvel opus du créateur, présenté avec beaucoup d’enthousiasme un soir d’automne frisquet, au Jardin des Plantes, là où il avait orchestré l’été dernier un méga défilé suivi d’un concert en fin de soirée.

Les invités se sont rassemblés sur deux énormes rangées de gradin permettant la distanciation sociale, avec 50 rédacteurs et rédactrices reconnu(e)s, une poignée de VIPs et quelques pros des podiums par-ci par-là, projetés chacun sur son écran plat. Pendant le défilé, certains ont répondu au téléphone, d’autres ont envoyé des textos, quelques-uns ont admiré leur propre reflet, mais personne n’a baillé.

Surtout qu’Olivier Rousteing a proposé une puissante déclaration de mode, dont un look sur deux affichait le logo historique en imprimé dense. Il apparaissait notamment sur des smokings à épaules pagodes, des peignoirs coquins et des robes du soir de femmes fatales côté filles, ou encore sur des blazers de dandy rock, des costumes de ville et des vestes de smoking faites pour les cérémonie de prix, côté garçons.

Olivier a un formidable sens du spectacle, et a ouvert son propre défilé en parcourant les 80 mètres de podium pour aller poser sur un tabouret de bar façon chanteur de nightclub, entouré de six mannequins françaises historiques – toutes vêtues de tenues à logo.

“Tout au long de ma carrière, j’ai voulu défendre le bon goût et l’élégance française. Et je suis convaincu de détenir la clé d’une élégance à la française, à la fois mesurée et cartésienne”, expliquait le fondateur Pierre Balmain dans une interview d’époque diffusée via des enceintes, dans un mix avec My Way, de Frank Sinatra.

Rousteing quand à lui proposait une approche télégraphique de la silhouette : des blazers étirés à revers tombants, portés sur des pantalons stretch évasés. Un style décliné dans différents matériaux sur les filles comme les garçons pour ce défilé mixte. Ensuite, d’éblouissantes robes du soir fluo pour bombes sexuelles, et de brillantes mini robes asymétriques et minimalistes. Les tops émergeaient d’un bois de platanes au milieu de gros nuages de neige carbonique.

Balmain – Printemps-été 2021 – Prêt-à-porter féminin – Paris – © PixelFormula

 
“Il y a quelque chose de sexuel dans la mode d’aujourd’hui”, ajoutait Pierre, dont les mots n’avaient jamais sonné aussi juste, alors que l’impressionnante cohorte de mannequins défilait au son de classiques du rock des années 1980, comme Tears for Fears et Depeche Mode.

“Balmain a été fondé en 1945 juste après une guerre terrible, et nous vivons aujourd’hui un autre type de guerre. Et peut-être que la réponse à ce traumatisme, c’est la liberté, comme le suggérait Pierre Balmain, et de nos jours liberté veut dire également liberté sexuelle”, conclut Olivier Rousteing.

En un mot, voilà ce qui s’appelle un véritable défilé de mode. En même temps qu’une affirmation et une célébration du métier dans son ensemble.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Un autoportrait de Karl Lagerfeld vendu 17.980 euros aux enchères

info mode

Encré trace son chemin – Actualité : creation (#1249414)

info mode

À Paris, les regards se tournent vers l’Asie, ses idées, son univers, et même sa propagande

info mode