bijoux-nara.com
Infos Mode

La Fashion Week milanaise s’ouvre sur Missoni, DSquared2, Herno et A-cold-wall*


La semaine de la mode milanaise a démarré mercredi matin par une série d’événements virtuels. Un quatuor de marques se sont particulièrement distinguées — Missoni, DSquared2, Herno et le petit dernier du calendrier officiel, A-cold-wall*. Si cette saison Printemps-Été 2021 se dévoile devant un public clairsemé, visiblement, elle regorge d’idées nouvelles.

A Cold Wall

 

A-cold-wall* : Un groupe d’intervention qui ne manque pas d’élégance

A-cold-wall*, le label conceptuel de Samuel Ross, a fait une entrée très remarquée sur le calendrier milanais. La marque londonienne a présenté une vidéo intitulée My Brother’s Keeper.

Samuel Ross a un talent particulier, celui de développer des visions cohérentes et puissantes autour de chacune de ses collections. Son court-métrage, très sombre, met en scène des hommes se livrant à une bataille chorégraphiée, s’attachant ou s’aveuglant tour à tour, sur une musique à l’ambiance maussade. A-cold-wall* développe un univers à mi-chemin entre l’élégance du tailleur et le streetwear, à l’image de cette collection, qui comprend également quelques pièces matelassées intrigantes pour le printemps prochain — des gilets et des vestes renforcés, des doudounes profilées. À mi-chemin, le créateur londonien a changé de cap, en dévoilant une série de jeans effilochés, des looks en denim matelassé délavé et en coton technique. Toute la collection était d’un excellent niveau.

Mais ce qui était vraiment nouveau dans l’univers de la marque, c’était peut-être les références explicite à l’art du tailleur — du gilet porté au-dessus d’un costume strict jusqu’aux bombers matelassés. La bande-son, une digression techno à la lisière de l’abstraction, était signée Afrodeutsche, une DJ basée à Manchester, connue pour son style polyrythmique éclectique.
 
Malgré la pandémie, le très talentueux designer britannique n’a pas manqué son entrée dans l’arène milanaise.

 

 

Missoni

Au lieu d’un spectacle, d’un mini-défilé, d’une présentation ou même d’un événement “phygital”, Missoni a présenté sa dernière campagne publicitaire en guise d’événement inaugural de la saison milanaise, qui s’étend sur six jours.

Baptisée “Named Postcard from the Bel Paese”, la campagne met en scène les mannequins italiens Vittoria Cerretti et Eduardo Sebastianelli. Elle écrit des cartes postales, et lui se promène dans les ruelles médiévales. Puis, le couple marche bras dessus bras dessous, très amoureux, comme seuls les beaux et jeunes Italiens peuvent l’être.

“C’est le bon moment pour sortir des sentiers battus et tenter quelque chose de nouveau. L’objectif du défilé a changé. Avant, il s’agissait de présenter la collection aux professionnels et à la presse. Aujourd’hui, ce type d’événement s’adresse immédiatement au public et au consommateur final… C’est pourquoi nous allons construire un projet de communication plus en phase avec le calendrier”, expliquait Angela Missoni au cours d’une conversation quelque peu guindée avec le journaliste Angelo Flocavento.
 
La campagne a été tournée à Santa Maria del Monte, une ville romantique située au sommet d’une colline avec vue sur les lacs alpins, dans la région de Varèse, la ville de natale de Missoni. Côté vêtements, beaucoup de longs cardigans graphiques en cachemire et de costumes-pantalons, des blazers en Lurex pour les femmes, de longs manteaux à motifs zigzag et des pantalons nonchalants à rayures craie pour les hommes.
 
“Ma mère et mon père ont lancé l’entreprise dans le sous-sol de leur propre maison. L’attachement au foyer fait donc partie de notre famille, de notre entreprise et de notre usine. J’ai une passion pour les vieilles cartes postales”, confesse Angela Missoni, à qui son père envoyait une carte postale à chacun de ses déplacements.

DSquared2 – Photo : Milan Fashion Week – Milan Fashion Week

 

DSquared2

Cette saison, DSquared2 a fait les choses avec simplicité : dans sa vidéo, les mannequins étaient alignés contre un mur, comme des suspects à faire identifier par un témoin oculaire au commissariat. Mais Dean et Dan Caten n’avaient rien à se reprocher sur la qualité de leur collection. 
 
Des jeunes gens branchés et peu farouches : pour Madame, un vestiaire très flatteur de dure-à-cuire au coeur sensible — des petites robes noires à mini-bretelles, des négligés mutins et transparents, des jeans déteints à l’acide, des pantalons militaires kaki portés avec des hauts en dentelle, des manteaux blancs à épaules larges, empruntés dans la garde-robe de Monsieur. Pour celui-ci, des pantalons cargo rallongés, des smokings aux revers brodés de cristaux noirs mats, des bombers de pilote d’avion de chasse, des débardeurs en chaîne métallique.
 
Les ourlets des pantalons sont tous un peu trop longs, pour créer une silhouette nonchalante et flottante. On voit beaucoup de peau à l’image : ces jeunes n’ont pas grand-chose à cacher.

Herno – Photo : Milan Fashion Week – Milano Fashion Week

 

Herno : Une journée au lac

La contribution la plus succincte de la matinée est venue de la part de Herno, qui a proposé un petit film intitulé “A day in Lesa”. Des jeunes filles aux jambes légères déambulant dans cette jolie ville sur les rives du lac Majeur, ou posant devant des Coccinelle décapotables.

La vidéo était entrecoupée d’images anciennes de défilés de mode en noir et blanc, et de plans datant des années 1960 sur l’usine de Herno à Lesa, cette charmante ville connue pour ses grands palais surplombant le lac, où l’un des plus célèbres poètes du pays, Alessandro Manzoni, a composé ses meilleures oeuvres. La marque tire d’ailleurs son nom du fleuve Erno, qui se jette dans le lac.

Des filles sanglées d’écharpes et de foulards à logo, des imperméables chics et originaux, des gilets en duvet légers et les boléros caractéristiques de la maison, portés par des mannequins en train de danser sur les tables de l’usine, avant une promenade bucolique en bateau, de Riva jusqu’à Stresa, où Clark Gable, Hemingway et Charlie Chaplin aimaient passer l’été. 
 
Une vision rétro sans aucun doute, avec sa bande-son composée de ballades italiennes — mais voilà longtemps qu’on n’avait pas été fasciné par une usine de vêtements en Italie. Une image de marque soigneusement construite, par une société qui a de la suite dans les idées.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Le streetwear inspire les collaborations de cette rentrée

info mode

London Fashion Week, jour 4 : bravo Lulu Kennedy

info mode

Le Festival de Hyères se tiendra du 15 au 19 octobre

info mode