bijoux-nara.com
Infos Mode

Tory Burch dépoussière l’image des Quakers


Précurseurs de la démocratie, de la liberté de culte et de l’égalité des sexes, les Quakers ont inspiré la dernière collection de Tory Burch. Pour autant, rien de politique dans cette nouvelle ligne: il s’agit plutôt d’une démonstration de créativité minimaliste, nécessaire dans ce moment particulier de l’Histoire.

Tory Burch – Printemps/été 2021 – Photo: Tory Burch – Tory Burch

“Nous sommes entourés de tant de souffrance et d’un tel chaos que j’ai cherché l’inspiration dans mes souvenirs. Je me suis replongée dans mon enfance, quand j’allais à l’école Quaker, une secte chrétienne qui embrasse toutes les religions et tous les peuples. Et qui promeut l’égalité des sexes”, souligne Tory Burch dans une visioconférence de presse ayant eu lieu jeudi.
 
Comme de nombreux créateurs, Tory Burch a décidé de faire l’impasse sur un défilé physique cet automne. À la place, elle a tourné un petit film au Shaker Museum du Massachussets, utilisant ses structures boisées du début de XIXe siècle comme toile de fond. On peut d’ailleurs y admirer le Brethren’s East Shop, un monument couleur moutarde qui était utilisé comme atelier de production de vêtements utilitaires par les Shakers, une branche dérivée des Quakers.

La collection printemps/été 2021 qui en résulte est à la fois minimaliste et très créative, peut-être l’une des meilleures de Tory Burch. La saison semble par ailleurs avoir sonné le glas du see-now-buy-now, car presque toutes les collections présentées par les marques les plus importantes ne seront disponibles que dans quelques mois. Celle de Tory Burch, par exemple, sera proposée en boutique à partir de février 2021.
 
Les élégants puritains de Tory Burch feront leur apparition au printemps prochain dans des robes et des blouses en popeline brodée, souvent dotées de cols amovibles. On retiendra aussi les tuniques rayées à manches tulipe ajourées, les manteaux matelassés dans des tons de bleu et les cabans brodés à motifs raphia.

Tory Burch – Printemps/été 2021 – Photo: Tory Burch – Tory Burch

Pour un style plus affirmé, les acheteuses pourront se tourner vers des robes en macramé portées sur des pantalons en crêpe de soie surmontés de sandales lacées, ou encore vers des robes longues amples mais féminines, d’un blanc éclatant et soulignées de pampilles en macramé. Tory Burch a même imaginé un pull rétro montrant l’image d’un couple jouant avec son chien, une bonne “thérapie” selon la créatrice et son mari Pierre-Yves Roussel, une théorie qui suscite régulièrement l’hilarité de ses équipes créatives.
 
“J’avais besoin de revenir à un moment antérieur de ma vie. De me replonger dans les visites d’ateliers d’artisans de Pennsylvanie, de revoir les paniers accrochés dans la buanderie de la ferme de mes parents. Il y a un dicton Quaker qui dit que la beauté est dans la fonction”, sourit Tory Burch. Sa maison familiale se trouve à Valley Force, un lieu devenu le quartier général de l’armée continentale de Washington durant la Guerre d’Indépendance, ironie du sort pour les pacifiques Quakers.
 
Les Quakers ont eu des prêtres femmes bien avant d’autres religions, et Tory Burch n’hésite pas à utiliser des matériaux masculins pour habiller ces dames, avec un impeccable costume crème à fines rayures rappelant son père. D’autres pièces font référence aux caftans marocains classiques appréciés de ce dernier.

Tory Burch – Printemps/été 2021 – Photo: Tory Burch – Tory Burch

Parmi les succès commerciaux assurés, on trouve une nouvelle paire de sandales Capri et un nouveau sac Eleanor confectionné en cuir souple avec un design accordéon. L’équipe de création d’accessoires de la maison a même imaginé une paire de mocassins pliables aussi souples que des ballerines, qui pourraient bien lancer une nouvelle tendance. Tout comme les lunettes bleu clair à porter devant l’ordinateur.
 
Le confinement, explique-t-elle, lui a en un sens été profitable, car il l’a obligée à s’accorder du temps pour retrouver sa concentration, tout en encourageant une réflexion autour du minimalisme et en posant la question de l’intégrité dans la mode. Par ailleurs, elle a remarqué que nombre de nouveaux clients à cette période faisaient partie de la génération Z.
 
“C’est très encourageant. Car les jeunes veulent des marques engagées. J’essaie de ne pas faire de politique, mais c’est difficile en ce moment. Je veux prendre parti pour l’humanité et l’égalité des droits. Nous voulons célébrer l’humanité, l’inclusion et la diversité”, conclut Tory Burch.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Confiné à Milan, Alessandro Sartori concocte un show numérique pour Ermenegildo Zegna

info mode

Carlo Capasa (Camera della Moda) : “Je persiste à croire que nous devrions conserver quatre Fashion Weeks par an”

info mode

Dior Homme : “Black Diaspora” ou le regard du peintre Amoako Boafo

info mode